Pour que vivent nos langues !

Le 30 novembre, à Paris, se déroulait la manifestation à l'appel du Collectif Pour que vivent nos langues. Ce collectif s'est agrégé autour d'une démarche soutenue par Paul Molac, député, et François Alfonsi, eurodéputé. L'IEO a signé l'appel (voir ci-dessous), a fait circuler la pétition en demandant à ses adhérents de le faire également en leur nom propre, et a participé à la manifestation (ci-dessous quelques images). D'autres politiques se sont également joints à ces revendications communes.

L'IEO rappelle :

  - qu'il ne dépend d'aucun parti politique, et qu'il interpelle, lors des élections, l'ensemble de la classe politique sur les questions de reconnaissance sociétale et de politique publique pour la langue et la culture occitanes ;

  - que l'association mène également ce combat au sein des structures nationale (EBLUL/ELEN France) et européenne (ELEN) auquel elle adhère (par l'interpellation des parlementaires français et européens entre-autre), ainsi qu'au niveau de l'ONU, depuis de nombreuses années ;

  - que l'association continuera ses actions quel que soit le devenir du collectif Pour que vivent nos langues ;

  - que l'ensemble de ses actions sont recensées dans ce site.

CRIDA soutenue par l'IEO

en français à la fin de ce paragraphe

Mobilizacion generala


« Pour Que Vivent Nos Langues »

Las lengas nòstas, que son l’occitan, lo basco, lo breton, lo catalan, lo còrse, lo flamenc occidentau, l’alamand estandard e dialectau alsacian, l’arpitan, las lengas d’Oïl, los creoles e las lengas autoctònas deus territòris otramarins. Totas, que resistan en França endé ne pas desaparéisher pr’amor que son listadas a l’inventari de las « lengas miaçadas de desapareishuda » establit per l’UNESCO. Ja sia lo vam mondiau en favor de la diversitat naturau e de la biodiversitat culturau e sian enfin consideradas e preservadas, ja sian los tèxtes internacionaus que governan los drets de l’Òmi e los drets deus Pòples, l’Estat francés, shens préner en compte las mantuas condemnacions de l’ONU, e’s contunha lo son tribalh de destruccion deu patrimòni immateriau millenari que son las nòstas lengas e culturas.

Que son tant feblas, adara, qu’es de la soa susvita que se parla. Las populacions concernidas que son estacadas a la sauvaguarda deu patrimòni lingüistic e culturau de los territòris. Totun, los esfòrçs deus militants, deus pairs d’eslhèves e deus ensenhaires de l’ensenhament public, de l’ensenhament associatiu e de l’ensenhament catolic, coma los benevòles e los elegits que son un hialat dense e actiu, ne s’i poden pas mei de cap a la meishanta volontat de l’Estat. En França, darrèr las aparéncias e los discors convienuts de poders publics que se succedin au cap de l’Estat, n’i a pas nada vertadèra volontat politica de hicar en plaça de politicas lingüisticas eficaças.

La situacion de l’ensenhament, un aplet essenciau de la transmission e un simbèu essenciau de la vitalitat de las lengas nòstas, qu’es emblematica d’aquesta meishanta volontat. La lei que dispausa atau : « Las lengas e las culturas regionaus que son deu patrimòni de França, lo lor ensenhament qu’es favorizat... ». Totun, que constatam lo contrari : aquesta lei coma las convencions signadas per l’Estat ne son pas arrespectadas ; demei, las diferentas fòrmas d’ensenhament (opcionau, bilingüe e immersiu) pateishin de la politica deu ministre actuau de l’Educacion nacionau, Jean-Michel Blanquer. Mei que los sons predecessors, la soa politica que’ns mena a ua acceleracion de la descaséncia de las nòstas lengas, tau qu’ac amuishan la recenta refòrma deu bachelierat, e las soas declaracions de cap au Senat lo 21 de mai passat contra l’ensenhament immersiu.

Las astacas contra l’ensenhament de las nòstas lengas que son nombrosas

i/ La refòrma deus ensenhaments au licèu e de l’organizacion deu bachielerat qu’a consequéncias tarriblas per l’ensemble de la cordèra de las lengas regionaus, com ac disen las chifras collectadas suu terrenh qu’amuishan ua baisha drastica deus efectius d’eslhèves inscrits en lengas regionaus.

ii/ Lo discors oficiau, portat en tot purmèr peu ministre e los rectors, que presenta la refòrma coma ua « avançada » qui « confòrta » e « valoriza » las lengas e lo son ensenhament. En realitat, que las fragiliza e las desvaloriza, que’us priva de tota atractivitat en suprimir possibilitats, en ajustar concurréncias e dab coeficients ridicules per las fòrmas d’ensenhament las mei espandidas. Las baishas d’efectius que poden estar a còps de 70% dens classas de licèu ! Lo Ministèri de l’Educacion nacionau qu’a donc un doble lengatge, e de mei, los mejans financèrs e umans que son insufisants per respóner aus besonhs, particularament dens daubuns territòris.
Que deploram l’arrefús de tota navèra mesura significativa en favor de las nòstas lengas dens la lei « Pour une école de la confiance » a despieit de la necessitat d’alargar l’auhèrta d’ensenhament de las nòstas lengas e las proposicions pertinentas de deputats e senators.

iii/ Que brembam l’ensenhament immersiu qu’es un aplet normau en Euròpa e dens lo monde per la sauvaguarda de las lengas miaçadas per ua lenga dominenta : peu francés au Québec (au respècte de l’anglés), peu basco o catalan en Espanha (au respècte deu castelhan), peu gallés en Bretanha Grana (au respècte de l’anglés), per l’alemand en Belgica germanofòna, etc. Qu’es donc plan ua practica reconeishuda per l’ensenhament de las nòstas lengas en França desempuish de nombrosas annadas dens lo sector de l’ensenhament associatiu dab experimentacions prometosas dens l’ensenhament public peu catalan, en Corsega o au Bascoat. Mentre que l’urgéncia e deveré estar d’espandir los metòdes immersius eficaçs a l’escòla publica e dens las escòlas privadas, segon Jean-Michel Blanquer, de cap au Senat : « Tot que deu desapareisher ! »

Totun, l’enjòc qu’es la quite existéncia deu patrimòni immateriau que portam, en Corsega, en Bretanha, en Alsàcia e en Mosela, en Catalonha, en Flandres, en Savòia, au Bascoat, en Occitània o dens d’autas regions francesas estacadas a las lors particularitats culturaus e lingüisticas.

Que’ns èm amassats endé, au Parlament europèu, a l’Assemblada nacionau, dens las collectivitats, dens las vilas e vilatges de França e d’Euròpa, un larg moviment de protestacion indignada e combativa e’s lhèvi per arrestar aquestas politicas lingüicidas e endé que sian definidas politicas lingüisticas portadosas d’espèr, com s’ac debana au Quebèc, au País de Galas o dens la communautat autonòma deu País Basco.

Donc, qu’aperam a ua mobilizacion generau contra aqueste ministre que la politica nos mia a un vertadèr lingüicide.
« Pour que vivent nos langues », mobilizam nos !
 
Amassada de cap au Ministèri de l’Educacion nacionau lo dissabte 30 de noveme a 11 òras.

 

MOBILISATION GÉNÉRALE

POUR QUE VIVENT NOS LANGUES !

 

Nos langues, ce sont l’occitan, le basque, le breton, le catalan, le corse, le flamand occidental, l'allemand standard et dialectal alsacien et mosellan, l’arpitan, les créoles et les langues autochtones dans les territoires des Outre-Mer. Toutes résistent pour ne pas disparaître car elles figurent toutes à l’inventaire des « langues menacées de disparition » établi par l’Unesco. Malgré l’élan mondial pour que biodiversité naturelle et biodiversité culturelle soient enfin considérées et préservées, malgré les textes internationaux qui régissent les droits de l’Homme et les droits des peuples, l’État français continue son œuvre de destruction du patrimoine immatériel millénaire que sont nos langues et nos cultures.

Au point de faiblesse qu’elles ont aujourd’hui atteint, c’est de leur survie dont il est question. Les  populations concernées  sont attachées à la sauvegarde du patrimoine linguistique et culturel de leurs territoires. Cependant les efforts de nombreux militants, parents d'élèves et enseignants de l’enseignement public, de l’enseignement associatif et de l'enseignement catholique ainsi que des élus et bénévoles qui forment un réseau dense et actif, ne peuvent suffire face à la mauvaise volonté de l’État. Il n’existe en France aucune volonté réelle, derrière des apparences et des discours convenus, de la part des pouvoirs politiques qui se succèdent à la tête de l’État, de mettre en place de véritables politiques linguistiques efficaces.

La situation de l'enseignement est emblématique de cette mauvaise volonté. L'enseignement est un vecteur essentiel de la transmission et de la vitalité de nos langues. La loi dispose que « les langues et cultures régionales appartenant au patrimoine de la France et leur enseignement est favorisé ... ». Nous constatons que non seulement cette loi et les conventions signées par l’État ne sont pas respectées, mais que les différentes formes d’enseignement (option, bilingue et immersive) sont mises à mal par la politique de l’actuel ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Encore plus que ses prédécesseurs, sa politique conduit à accélérer le déclin de nos langues comme le montrent sa récente réforme du baccalauréat, et ses déclarations au Sénat le 21 mai dernier contre l’enseignement par immersion.

Les attaques contre l'enseignement de nos langues sont nombreuses.

  • La réforme des enseignements en lycée et de l’organisation du baccalauréat a des conséquences terribles pour toutes les filières de langues régionales, comme le prouvent les remontées de terrain montrant partout une chute dramatique des effectifs d’élèves inscrits en langues régionales. Le discours officiel, Ministre et recteurs en tête, présente cette réforme comme une « avancée » qui « conforte » et « valorise » ces langues et leur enseignement alors qu’en réalité elle les fragilise et dévalorise, les prive de toute attractivité par la suppression de possibilités, la mise en concurrence et par le jeu de coefficients ridicules pour la forme d’enseignement la plus répandue. C’est le règne du double langage qui continue au sein du Ministère de l’Éducation nationale, d’autant plus que les moyens financiers et humains sont toujours aussi insuffisants pour répondre aux besoins, particulièrement sur certains territoires.

  • Le refus de toute nouvelle mesure significative en faveur de nos langues dans la loi " pour une école de confiance " malgré la nécessité d’élargir l’offre d’enseignement de nos langues et les propositions pertinentes de députés et sénateurs.

  • L'enseignement immersif est monnaie-courante en Europe et dans le monde pour la sauvegarde de langues menacées par une langue dominante : pour le français au Québec (vis à vis de l’anglais), pour le basque ou le catalan en Espagne (vis à vis du castillan), pour le gallois en Grande Bretagne (vis à vis de l’anglais), pour l’allemand en Belgique germanophone, etc… Elle est devenue une pratique reconnue pour l’enseignement de nos langues en France, depuis de nombreuses années dans le secteur de l’enseignement associatif de type Diwan (Bretagne), Seaska (Pays Basque), Calandretas (Occitanie), Bressola (Catalogne), ABCM Zweisprachigkeit (Alsace) et, plus récemment, avec des expérimentations prometteuses dans l’enseignement public, en Corse et au Pays Basque. Alors que l’urgence devrait être d’étendre ces méthodes immersives efficaces dans tous les réseaux d’enseignement, selon la déclaration de M. Jean-Michel Blanquer devant le Sénat, tout cela doit disparaître !

 

Cette situation est inacceptable. Ce qui est en jeu, c'est l'existence-même du patrimoine culturel que nous portons, en Corse, en Bretagne, en Alsace et Moselle, en Catalogne, en Flandre, en Savoie, au Pays Basque, dans l'ensemble occitan et dans bien d'autres régions françaises attachées à leurs particularités culturelles et linguistiques.

Nous nous sommes rassemblés pour que, au Parlement Européen, à l’Assemblée nationale et au Sénat, dans les Collectivités, villes et villages de nos territoires qui portent la diversité culturelle de la France et de l’Europe, un large mouvement de protestation indignée et combative se lève pour arrêter ces politiques linguicides et pour que soient enfin décidées des politiques linguistiques porteuses d’espoir pour l’avenir à l'image de ce qui se fait au Québec, au Pays de Galles ou encore dans la communauté autonome du Pays Basque.

 

NOUS APPELONS À LA MOBILISATION GÉNÉRALE CONTRE CE MINISTRE DONT LA POLITIQUE CONDUIT À UN VERITABLE LINGUICIDE !

POUR QUE VIVENT NOS LANGUES MOBILISONS-NOUS !

 

RASSEMBLEMENT DEVANT LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 À 11 HEURES

Ce site est géré

et financé par l'IEO

sans argent public

  • IEO sus Facebook

Observatòri de la Lenga Occitana
en çò de l'Institut d'Estudis Occitans

11 Car. Malcosinat

31000 Tolosa

comunicacion@ieo-oc.org

(C) 2020 per IEO